Quatre générations de commandes de montée

ROEMHELD a vendu depuis 1954 plus d’un million et demi d’entraînements linéaires hydromécaniques. Avec les évolutions des attentes, le design, les matériaux, les poids et le nombre de variantes a également profondément changé. Certains modèles de la deuxième génération réalisés dans les années 70 sont encore en service actuellement. Leur longévité est pour leur fabricant un apport précoce à la cause de la « durabilité ».


La belle histoire des entraînements hydrauliques ROEMHELD qui dure depuis près de 60 ans a donc débuté au début des années 50 avec une demande de la part de la société Haberle & Co. de Bergen près de Francfort. Le fabricant réputé de meubles en tubes d’acier cherchait un dispositif de levage et de baisse facile à actionner avec le pied pour des fauteuils de coiffeur. Le fournisseur en devenir ROEMHELD ne disposait certes pas d’une telle commande à levier dans sa gamme, mais a toutefois réussi à développer ce produit dans des délais serrés et à le livrer aux conditions souhaitées. Les deux sociétés se sont mises d’accord, le fauteuil de coiffeur - comme il s’est avéré par la suite - est devenu un produit de masse pérenne. De nos jours, ces meubles inspirés du style art-déco, ne sont plus vendus par la société - qui a disparu entre temps - mais dans des enchères comme objet de collection estimé.

70.000 fauteuils de coiffeur avec levier hydraulique

Les commandes de montée ont été fabriquées et assemblées à partir de 1954 en 70.000 exemplaires environ sur des machines à commande manuelle. Les carters massifs en fonte grise étaient livrés par la fonderie Friedrichshütte créée en 1707 et dont le fabricant de machine ROEMHELD était également issu après la deuxième guerre mondiale. D’après l’avis du Dr. Winfried Ehrhardt, sociétaire et membre de la direction de l’entreprise Römheld GmbH, les concepteurs ont pensé le produit en suivant les préceptes de l’école du Bauhaus ; mais outre la fonctionnalité, il fallait également prévoir une utilisation simple de l’amplification de la force sans source d’énergie additionnelle ainsi que la robustesse et la durabilité. Au début des années soixante, la société ROEMHELD a amélioré l’actionneur et étendu la vente à d’autres branches. C’est ainsi que les concepteurs ont intégré un guidage avec détrompage en rotation du piston et développé des dispositifs additionnels optionnels comme un purgeur manuel ou une vanne pressostatique réglable. La position de montage était libre, la société recommandait un montage direct de son « hydro-élévateur » dans les appareils où l’effort devait être utilisé soit de façon linéaire, soit via un levier.

La manipulation simple et la grande densité de force de l’actionneur durable a trouvé des applications chez de nombreux utilisateurs : les tables à instruments dans les cabinets médicaux et milieux hospitaliers, les tables élévatrices et les dispositifs de presse dans l’industrie ont été des précurseurs des colonnes de levage actuelles de ROEMHELD.

Quarante années de service

Si les premiers actionneurs de la nouvelle gamme 8.920 étaient comme la génération précédente encore entièrement intégrées à un carter uniquement en fonte grise, la transition s’est faite plus tard vers un carter plus léger en aluminium. Ceci a permis de presque diviser le poids par deux : de 6 à 3.5 kg. La course est la plupart du temps de 140 mm.

Une des preuves de la longévité des appareils est donnée par le Dr. Ehrhardt avec un modèle qui est arrivée au service de maintenance en décembre 2012 pour son premier retour chez ROEMHELD. C’était un « hydro-élévateur » qui avait été continuellement en service depuis sa vente en septembre 1972, et ce sans aucune défaillance. Commentaire du directeur : « Alors que cet exemplaire est un cas unique particulièrement robuste, des entraînements linéaires de la génération suivante, construits dans les années 70, nous sont régulièrement envoyés pour maintenance encore aujourd’hui. La durée d’utilisation prolongée ne fait pas que du bien aux finances de nos clients, elle préserve également les ressources naturelles et constitue un exemple avant-gardiste d’économie durable ».

Une intégration flexible dans les appareils

Pour la gamme 8.921, la troisième, ce qui a primé du point de vue conceptuel, était la possibilité d’intégration dans le plus grand nombre possible d’appareils. Le client avait entre autres le choix entre différentes courses - 200, 300 et 400 mm - et des leviers à droite ou à gauche, voire des deux côtés de l’appareil et disposait de l’option d’un guidage linéaire et d’une purge rapide. Une version a par ailleurs été développée pour un actionnement des deux côtés, elle est encore proposée de nos jours. En prenant en compte les coloris, on parvient à un nombre impressionnant de 400 références pour ce qui est des différentes variantes.

Les commandes de montée ont par ailleurs intégré une résistance aux surcharges et étanchéifiées contre toute intrusion de liquides comme des désinfectants, ce qui les a rendues compatibles avec les lits d'hôpitaux et les lits thérapeutiques. L’ajout des entraînements hydrauliques a par ailleurs significativement étendu les possibilités d’intervention ; l’hydraulique est rapidement devenue le cœur de gamme. Et leur design a permis à un client d’être distingué : Ce sont des actionneurs ROEMHELD qui sont utilisés sur les chariots-brancards de la société Trautmann de Ratingen qui ont entre autre reçu le prix « reddot design award » en 2008 et 2010.

Une fabrication à Laubach

Une gamme d’entraînements linéaires hydrauliques est maintenant fabriquée depuis 2011, la quatrième génération, qui comme toujours est développée et fabriquée en Hesse à Laubach et y subit un contrôle fonctionnel et qualité à 100% avant sa livraison. La standardisation des composants et la modularité de la constitution ont permis d’abaisser le nombre de variantes à 25 pour la gamme RH 1250. L’assemblage peut être réalisé à Laubach avec les composants « modulog » également produits sur place. Les actionneurs sont disponibles avec une force de poussée de 4.5 à 12.5 kN et une course de 140, 200 ou 250 mm ; sur demande jusqu’à 600 mm. L’entraînement est particulièrement robuste et conçu pour une longévité élevée, par ailleurs très silencieux et avec les différentes variantes de vannes de purge disponibles pour une meilleure adaptation aux différentes applications. Les exigences actuelles de nettoyage et de désinfection en milieu hospitalier sont prises en compte via le nouveau système de revêtement. L’actionneur peut être mis en service à la charge nominale, il répond à toutes les normes en vigueur sans problème. ROEMHELD recommande à ses clients un accompagnement technique très en amont. Car les concepteurs et les techniciens qui ont la charge du développement en continu des entraînements, élaborent également à la demande des solutions spéciales selon les demandes des clients. Une des dernières nouveautés est la variante amagnétique du RH 1250 pour les applications de thérapie par résonnance magnétique.

Les actionneurs sont principalement mis en service dans des applications mobiles sans alimentation électrique permanente et devant fonctionner partout de manière fiable, comme par exemple les lits hospitaliers, tables d’examen et tables d’instruments. Ils sont en particulier utilisés pour un réglage confortable de la hauteur, le personnel peut régler la hauteur du lit de manière simple et sans effort, à l’aide d’une pédale ou d’un levier à main.

Les deux méthodes d’actionnement ont de l’avenir

À côté de l’entraînement hydraulique, ROEMHELD propose également des variantes électriques, développant des poussées de 300 N à 6000 N et aussi bien conçues pour des mouvements en poussée ou en traction. Le directeur Dr. Ehrhardt voit un avenir aux deux solutions d’entraînement : Dans les pays en voie de développement, ce sont des modèles hydrauliques simples et robustes qui sont nécessaires et doivent souvent être utilisés dans tout type d’endroit. En même temps, dans les pays développés, on observe une électrification continue qui va de pair avec une croissance fonctionnelle des possibilités de réglage et une tendance vers plus de convivialité. C’est avant tout une utilisation efficace des ressources grâce à des organes de positionnement et de réglage qui joue de plus en plus un rôle clef.